Interview de Joël Olivié, Drones Images, à la radio RGB

Il y a quelques jours, j’ai eu le plaisir de répondre aux questions de Gaëtane Rohr sur Radio RGB, la radio local de Cergy-Pontoise.

RGB :

Joël Olivié a fondé sa société de prises de vues aériennes par drones il y a seulement un mois, Drones Images est installé à Pontoise, il nous explique comment il est venu à fondé cette entreprise.

Drones Images :

Je suis déjà photographe en auto-entrepreneur, et étant ancien militaire de l’Armée de l’Air, aviation plus photos ça a donné Drones Images.

RGB :

Quelle zone couvrez vous ?

Drones Images :

Tout le nord ouest de la France, c’est en gros la Picardie, la Basse et Haute Normandie, toute l’Île de France. Mais je peux me déplacer dans toute la France.

RGB :

Et en zone de départ Pontoise ou comment ça se passe ?

Drones Images :

J’ai loué des bureaux à Pontoise.

RGB :

Et donc quels clients visez vous, à quoi ça peut servir ces prises de vues aériennes ?

Drones Images :

Principalement des entrepreneurs, pour les toitures par exemple, tout ce qui est industriel, tout ce qui est agence immobilière. Mais avec un drone on peut faire plein de choses.

RGB :

y a t il des certaines zones que vous ne pouvez pas survoler ?

Drones Images :

Oui bien sûr ! Les zones militaires, à proximité des aéroports, décoller en bout de piste de Roissy, c’est pas trop facile ! Mais ceci dit n’est pas infaisable, il suffit d’avoir un accord.

RGB :

Et vous travaillez également pour les particuliers ?

Drones Images :

Oui, je suis entrain de mettre au point justement une offre pour faire un cadeau original. Au lieu d’offrir des choses qu’on ne sait pas quoi en faire, offrir une photo aérienne d’une propriété qu’on peut offrir à un ami ou à un parent.

RGB :

Et quel serait le prix de cette prise de vue ?

Drones Images :

Approximativement pour ce genre de prestation dans les 300 euros. Le prix n’est pas encore défini.

RGB :

Et quelle est la législation en matière de drone, est ce que vous avez des obligations ?

Drones Images :

Oui bien sûr ! Nous sommes très resserré au niveau réglementation. Personnellement j’ai comme tous les pilotes de drones professionnels, un théorique ULM pour pouvoir piloter un drone. Après nous avons une DNC, c’est à dire une compétence pour pouvoir utiliser un drone, et après nous avons tout un dossier à remplir et à envoyer à la DGAC, pour obtenir un accusé de réception ce qui nous permet d’être professionnel, et nous sommes alors enregistré à la DGAC.

RGB :

Et combien d’appareil possédez vous ?

Drones Images :

Au jour d’aujourd’hui j’en ai deux, mais je suis entrain de voir pour acheter un troisième mais beaucoup plus gros.

RGB :

Et si on voit un peu plus loin, comment voyez vous votre développement ?

Drones Images :

Il y a énormément de travail, nous sommes au début du drone civil, donc la sphère drone devrait avancer, maintenant il faut communiquer, beaucoup de communications est nécessaire.

RGB :

Il y beaucoup de concurrents sur ce marché ?

Drones Images :

Il y a de la concurrence, mais au niveau société nous ne sommes pas si nombreux que ça. Il y a beaucoup d’auto-entrepreneurs, beaucoup de photographes qui se sont mis à faire de la photo aérienne, mais il y a pas énormément de concurrence au niveau professionnel pur.